Petit Port

 

Résidants : (tous ces noms m'ont été communiqués par Jacqueline Chaffanel/Ruis)

Familles : QUILES(Josie, Jean et Robert) – ORTIGOSA(Aimée)/MONTESINOS – BARRES/FERRANT – HERRERO/LOPEZ(Gérard) – ROSENZWEIG – CHAFFANEL(Gérard, Jacqueline, Renée) – FONQUERNIE(Philippe, Françoise) – SIMON – ALCARAZ/SANCHEZ Christiane – RODRIGUEZ/PARRA- GONZALES – CALISTRO – SEMPERE(Robert)/SIMON(Suzie) – ALBEROLA(Norbert)/SEMPERE(Lydia) – SALA Jean – MELLADO/CABRERA(Fernand, Danielle) – Le PETIT ROBINSON – LADREYT/MALO ((Maguit et Renée) – TEROL(Josie) - QUESSADA - PONS etc. …

Je peux vous le décrire sommairement.

En descendant à droite de la Maison Forestière, nous arrivions sur une grande esplanade où se trouvaient plusieurs cabanons au bord de la falaise dont le "petit"Robinson",         Ensuite, une route en pente assez raide, à sa gauche un vrai terrain de Volley-ball, nous arrivions sur une autre esplanade où il y avait plusieurs garages et au-dessus : la villa Sempéré/Simon, puis par un escalier étroit, puis un large où se faisaient face les cabanons Fonquernie et Chaffanel nous terminions sur les quais où étaient construits de nombreux cabanons avec garages à bateaux, les quais, des jetées et une pergola

 

 

 

Jacqueline me raconte que, le soir, à la veillée, ils se réunissaient sous la pergola devant chez Gonzales. Vers les années 60 ils allaient danser au « petit Robinson ».

Merci Jacqueline, sur la dermière on peut voir Gérard et jacqueline (années 50)

 

Esplanade du petit Port vu de chez ROUGE

 

Les fêtes

Les fêtes du Petit Port … nous grimpions tous sur la 202 pickup du Père Laffargue et nous chantions à tue tête. La première année 1952, nous avions remporté tous les concours de boules et de belote, la chasse au canard (Ninou pour les filles et Henri les garçons) (le canard était jeté au large du petit port, après les rochers) courses à l’oeuf(André…d’après Juanico, le bruit courait qu’André avait triché en collant un chewing-gum sur sa cuillère), au sac (Jean) et la pèche à la ligne.
Nous nous croyions des champions. La deuxième année, nous nous étions tous engouffrés dans le fourgon  Citroën du père Estève, nous n’avions gagné que le concours de boules En revenant, nous chantions « non, non, non, non, la Mine n’est pas morte (bis) parce qu’elle a gagné le concours de boules..  », en donnant de grands coups sur la tôle ondulée du véhicule. On nous entendait de très loin.
 Le soir, il y avait bal sur les quais, les enfants étaient « persona non grata », les parents y étaient invités.

Pierre Laffargue. me racontait que : Robert Sempéré (du petit port) avait confectionné un piège en clouant, devant son garage à bateau, une belle pièce reliée à un fil électrique , ce qui procurait une décharge à ceux qui voulaient faucher la pièce.    

                     Canard 1952

 

 

 

 

 

 

 

 

                                  

La Mine et son canard

 

André et son oeuf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 : Philippe Fonquernie - 6 : Fernand Cabrera - 7 : Jean Quiles - 8 : Robert Quiles - 10 : Mellado - 11 : Claude Bosch - 12 : sa femme : Evelyne Hernandez -14 : Henri Terol - 15 : Simone Terol - 16 : Mr Rosenzveig - 17 : son fils - 18 : Françoise Fonquernie

devant le garage Gonzales : En partant du haut et de gauche à droite : Josie Terol, Suzie Leroux, Maguit Malo (Ladreyt) Simone Terol, Renée Malo, 2 filles Ladreyt, Pierre Malo, Pierre Terol, Françoise Fonquernie, Christiane Senergous, J.Claude Cantie (qui vient de nous transmettre cette liste) Daniele Cabrera, Jacqueline Chafanel, Philippe Fonquernie, Fernand Cabrera, Jean-Paul Mellado et Gerard Senergous (Merci jacqueline et J.Claude)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  Au fond le cabanon Quessada (extension d'une grotte) au Milieu Calistro (grotte aménagée) et cabanon de Rodriguez/Para - Entre Mon Rêve et le petitPort

Vous souvenez-vous, d’Aimée Ortigoza, son père, armateur, lui avait fabriqué une jolie petite périssoire dont la proue était en forme de cygne. Elle tournait en ramant, entre les rochers du port. Nous étions tous en admiration devant son bateau.

 

Jean CASAGRANDE

merci pour cette photo de 1951

la photo "Aimée" a été prise par mon papa en juillet 1951 (j' avais 13 ans). Je suis assis dans la "périssoire" au milieu entre ma petite soeur (devenue grande) et mon cousin qui "tient la barre", juste le temps d' une photo  et avec bien sûr l' autorisation du propriétaire. Cette année-là, nous avons passé nos vacances en juillet et en août dans une petite villa (sans eau et sans électricité) située à moins d' une centaine de mètres à l' est du petit port, un peu en hauteur, entre la mer et un grand champ dénudé qui s' étendait jusqu' à la forêt et la route menant à Kristel. Quelles vacances !!!
A Aïn Franin, j' y suis retourné ensuite souvent pour y faire de la pêche sous-marine ou manger la mouna à l' ombre des eucalyptus... et la dernière fois ce fut en 1978...

Voici le retour de nos pêcheurs qui ne sont pas revenus bredouilles !  Cette photo a été prise par mon papa le même jour où il nous a photographiés sur la "périssoire"  Aimée", donc en juillet/août 1951. Je ne pense pas faire preuve d' indiscrétion 56 ans après ! Peut-être les reconnaîtrez-vous malgré l' ombre qui masque en partie leur visage ? Belle pèche!!!!!

J'ai cru reconnaître au centre Monsieur Fonquernie et j'en ai eu la confirmation par Philippe, c'est bien son Père au centre, à gauche Jean Quiles et à droit Rolland un ami de Rosenzweig le boulanger  (Merci Philippe)  Jocelyne.E

 

Photos données gentiment par Paul et Jacqueline RUIS Chaffanel

                                   MAI  2005 - Descente vers le petit port, en bas,         Petit Port, chez Chaffanel Mai 2005

                                chez SEMPERE et l'ex terrain de volley                              il ne reste que des ruines, la désolation!